On se tient au courant !

Recevez nos nouvelles questions directement dans votre boite e-mail. Remplissez votre adresse e-mail.

Merci de nous avoir rejoint !
Oups ! Il y a eu un souci lors de l'envoi du formulaire

Posez votre question,
on vous répond !

Merci !

Nous avons bien reçu votre question. Nous vous tiendrons informé.e lorsqu’elle sera traitée et mise en ligne.
Il y a eu une erreur lors de l'envoi du formulaire.
Voir tout

Les symptômes

email

Nous n’avons pas répondu à votre question ?

Posez votre question
Les symptômes
Mis à jour le
16/5/2022

Symptômes de l’endométriose : Les dysménorrhées, qu'est-ce que c'est ?

En langage médical, les dysménorrhées sont les fameuses “règles douloureuses”. Vous savez, celles qui ont toujours existé, dont on a toujours parlé et qui, jusque très récemment, étaient considérées comme tout ce qu’il y a de plus normales… 

Sans être forcément liées à l’endométriose, les dysmenorrhees touchent entre 45 et 95% des femmes menstruées, le spectre de la douleur et les conséquences sur la qualité de vie pouvant varier en intensité (de minime à sévère) en fonction des cas.

Dans le cas de l’endométriose, les dysménorrhées intenses sont considérées comme l’un des principaux symptômes, ressenti par 60 à 80% des personnes atteintes, et donc une alerte à ne pas minimiser. 

Comment savoir si vos douleurs sont “intenses” d’un point de vue médical ? 

C’est le cas si :

  • vous les évaluez à 8 ou plus sur une échelle de douleur de 10
  • elles ne sont pas soulagées par de simples antalgiques de niveau 1 (de type aspirine, paracétamol et anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène)
  • elles entraînent des passages aux urgences, des difficultés à vivre, travailler, se mouvoir normalement et donc, de l’absentéisme professionnel ou scolaire. 

Comme un cercle vicieux, les dysménorrhées peuvent développer chez les femmes qui en souffrent une plus grande sensibilité à la douleur et engendrer des “douleurs de règles” en dehors des règles. Ces douleurs peuvent s’étendre au-delà de la seule zone de l’utérus, des ovaires et des trompes.

Alors, on le martèle, on le rappelle sans cesse et on insiste lourdement : avoir mal, ce n’est pas normal ; avoir trop mal, ce n’est pas vivable ; consulter, c’est indispensable.

Les dysménorrhées sont des douleurs de règles intenses et souvent handicapantes. Longtemps considérées comme “normales”, elles constituent l’un des principaux symptômes de l’endométriose.

Relu par

Relu par

Sources

Synthèse de la recommandation de bonne pratique. Prise en charge de l’endométriose - Démarche diagnostique et traitement médical. HAS - Haute Autorité de Santé ; CNGOF (Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français); 2017.

Iacovides S, Avidon I, Baker FC. What we know about primary dysmenorrhea today: a critical review. Human Reproduction Update 2015;21(6):762–78.

Autres références : 

Dr Delphine Lhuillery, Dr Erick Petit, Dr Eric Sauvanet, Tout sur l’endométriose, Soulager la douleur, Soigner la maladie, Odile Jacob, Février 2019.

Voir plus de sources
arrow
arrow
Voir moins de sources