Endométriose digestion
Symptômes
7/6/2022

Endométriose et troubles intestinaux : est-ce une endométriose digestive ?

Des alternances de constipation et de diarrhée, un ventre gonflé comme une femme enceinte et le transit qui part en vrac à l’approche des règles…. Ces symptômes vous parlent ? Quand on parle d’endométriose, on entend bien souvent des mots comme « fertilité », « douleurs », « règles ». Etrangement, on parle moins des incroyables aventures que certaines d’entre nous vivent entre les 4 murs de leurs toilettes. Pourtant, la plupart des femmes atteintes d’endométriose sont concernées. Mais comment se fait-il que l’endométriose impacte tant la digestion ? Des symptômes intestinaux impliquent-ils forcément une endométriose digestive ? Comment apaiser son transit et gagner en confort ? Tentons de répondre à ces questions !

Endométriose et digestion difficile : deux petits bonheurs qui vont de pair 

Je n’ai jamais été une dingue des réseaux sociaux. Mais depuis que j’ai été diagnostiquée avec l’endométriose, je dois avouer que quelques groupes Facebook dédiés à l’endo m’ont bien aidée. Parfois, ces groupes m’interrogent, quand je vois que certains questionnements autour de l’endométriose reviennent très souvent, sans nécessairement trouver réponse, ou sans qu’on en parle plus que ça.

La majorité des personnes associent endométriose avec douleurs de règles ou infertilité (pour celles qui connaissent l’endo, oui). Mais il y a d'autres symptômes tout aussi répandus, voire plus répandus, dont on parle moins. C’est par exemple le cas des douleurs pendant les rapports, ou des crises de diarrhée ou de constipation, allant et venant au rythme du cycle hormonal. Nous en avons toutes déjà fait les frais : parler d’endométriose reste encore tabou dans certains milieux. Apparemment, parler des difficultés sexuelles ou digestives se place encore au-dessus sur l’échelle de l'indicible.

Plusieurs études démontrent pourtant l’occurrence des symptômes digestifs liés à l’endométriose : des troubles du transit sont rapportés dans 79 à 85 % (1) des cas d’endométriose. Les ballonnements, aussi connus sous le nom d’endobelly, sont rapportés par 84 à 96 % (1) des femmes atteintes d’endométriose. Une étude conclut ainsi : “Les symptômes gastro-intestinaux sont presque aussi fréquents que les symptômes gynécologiques chez les femmes atteintes d'endométriose.” (2)

 

endométriose transit

Diarrhée, constipation, gaz… Quels sont les impacts de l’endo sur la digestion ?

 Des troubles physiques…

Vous aurez compris mon premier point : on est nombreuses à en chier – littéralement – et pourtant peu nombreuses à en parler. Alors rentrons dans le vif du sujet : concrètement, quels troubles digestifs l’endométriose peut-elle causer ? En nous appuyant sur les études scientifiques, tentons de dresser une liste plus ou moins exhaustive :

·       Douleurs abdominales

·       Constipation

·       Diarrhées

·       Ballonnements / endobelly

·       Flatulences

·       Urgence de la défécation

·       Sensation d’évacuation incomplète

Tous ces symptômes sont souvent attribués à tort à une maladie digestive, ce qui peut retarder le diagnostic d’endométriose. Par exemple, l’aspect cyclique des ballonnements et des douleurs abdominales est également une caractéristique du syndrome du côlon irritable (1). Il n’est alors pas toujours évident de trouver la cause réelle de ces troubles.

 

… mais pas que.

Je profite de cette petite liste des symptômes pour ajouter un point qui me paraît important : la charge mentale et la blessure psychologique qui peuvent découler des symptômes digestifs de l’endométriose.

A travers vos témoignages, à travers le vécu de l’équipe, on se rend vite compte du poids de ces troubles du transit sur le quotidien : refuser des sorties parce qu’on a besoin d’un accès rapide – voire immédiat – aux toilettes, s’habiller deux tailles au-dessus pour les périodes d’endobelly, se retrouver à aller faire ses besoins en urgence au milieu d’un champ, souffrir de crampes monstrueuses pour se retenir au travail….

L’impact psychologique peut être plus ou moins important, mais disons-le clairement : les symptômes digestifs de l’endométriose peuvent vite peser sur l’image de soi, créer de l’anxiété et des complexes.

Symptômes digestifs = endométriose digestive ?

Une faible association symptômes – localisation des lésions

Je le disais tout à l’heure, j’ai passé un petit paquet d’heures à parcourir les groupes dédiés à l’endo sur les réseaux sociaux. Aussi, mon métier consiste en partie à analyser les questions que les gens posent sur Google, relatives à l’endométriose. Mon petit côté Big Brother. Mais promis, c’est pour la bonne cause, puisque cela m’a permis de mettre le doigt sur une question très fréquente : est-ce que, lorsqu’on a des symptômes gastro-intestinaux, on a forcément une endométriose digestive ?

Cela paraîtrait plutôt logique. Des endométrioses broncho-pulmonaires peuvent, par exemple, provoquer des pneumo-thorax. Il ne semble pas complètement délirant de supposer que les diarrhées, les constipations et les ballonnements, viennent d’une atteinte au niveau de l’appareil digestif.

A priori, la science nous donne tort, puisque les études réalisées indiquent une faible association entre les symptômes gastro-intestinaux, et la localisation des lésions d’endométriose (3). Donc, si vous souffrez de diarrhée ou de constipation de manière cyclique, rassurez-vous, ce n’est pas forcément que l’endométriose s’est installée dans l’appareil digestif.

Alors si ce n’est pas une atteinte digestive, qu’est-ce qui provoque les troubles du transit ?

Bon alors en attendant, si ce n’est pas une endométriose digestive, c’est quoi ?

Les études effectuées à ce jour supposent que les symptômes digestifs de l’endométriose proviennent d’un déséquilibre de la flore intestinale et d’une inflammation du système digestif (4). On parle dans le jargon de « dysbiose ». Pour faire simple, nos intestins abritent de nombreuses et diverses bactéries, qui contribuent au processus digestif. Pour avoir un bon transit, les intestins doivent contenir une majorité de « bonnes bactéries », qui protègent le système digestif. Or, en cas de dysbiose, les bonnes bactéries sont en nombre insuffisant et cèdent du terrain aux mauvaises bactéries, responsables de vos symptômes.

Certaines études semblent indiquer que les femmes atteintes d’endométriose ont une présence accrue de certains types de bactéries nocives au sein de leur flore intestinale. Sachant qu’un déséquilibre de la flore intestinale peut favoriser l’apparition et les manifestations de certaines maladies ; mais aussi que certaines maladies peuvent influencer la composition de la flore intestinale. On ne sait pas qui cause quoi, juste que c’est lié (5). C’est certes un peu frustrant et complexe, mais en attendant, ça nous donne quelques indices sur la manière d’apaiser notre petit système digestif en mal d’amour.

endométriose ballonnements

Comment limiter les symptômes digestifs de l’endométriose ?

Limiter l’inflammation grâce à un traitement de fond

Pour apaiser le rodéo qui se déroule au sein de nos intestins, mais aussi pour soulager les douleurs d’endométriose, la priorité est d’agir sur l’inflammation. Cela peut passer par une approche naturelle : ostéopathie, kinésithérapie, naturopathie… Il existe toute une palette d’options. 

Votre spécialiste ou votre algologue peut aussi vous apporter un traitement médicamenteux pour limiter l’inflammation. Dans la plupart des cas, c’est la pilule qui est recommandée, mais vous pouvez solliciter votre spécialiste pour qu’il vous propose des alternatives. Enfin, lorsque les différents traitements de première et de deuxième intention ne suffisent pas, la chirurgie peut être recommandée. Cette dernière permet de retirer les lésions d’endométriose qui nourrissent l’inflammation. Néanmoins, elle n’est recommandée qu’en dernier recours, puisque les récidives des douleurs sont fréquentes et que, comme dans toute chirurgie, il y a des risques à prendre en compte. Parlez-en avec votre chirurgien spécialiste de l'endométriose pour avoir davantage d’informations.

 

Adapter son régime alimentaire

Du côté des solutions naturelles, le régime alimentaire est un chapitre important. Dans un premier temps, un rééquilibrage alimentaire peut être intéressant. C’est en effet une alimentation variée et équilibrée qui va permettre de développer une bonne flore intestinale, et favoriser un bon transit.

Ensuite, il peut être intéressant de se pencher sur le régime anti-inflammatoire, dont Fabien Piasco nous parlait il y a peu. Le principe ? Limiter, voire supprimer, les aliments qui favorisent l’inflammation dans le corps, et les remplacer par des aliments à l’effet bénéfique sur l’inflammation.

 

Être vigilante sur ses prises de médicaments

Certains traitements médicamenteux peuvent favoriser un déséquilibre de la flore intestinale ou créer une inflammation du système digestif, et ainsi, aggraver les symptômes intestinaux de l’endométriose. C’est notamment le cas des traitements par opioïdes ou des analogues de la GnRH (ménopause artificielle). Cela peut aussi être le cas de médicaments prescrits dans un autre contexte que celui de l’endométriose. N’hésitez donc pas à questionner votre spécialiste sur les impacts possibles de vos traitements sur la digestion, notamment afin de mesurer le ratio bénéfices/inconvénients pour trouver l’option la plus adaptée.

  

Pour conclure, faisons un petit point de ce que l’on sait sur les symptômes digestifs de l’endométriose :

·   Ils sont très très très très courants

·   On n’aime pas trop en parler parce que ça sonne pas glam’

·   C’est pourtant une bonne galère au quotidien

·   Mais ce n’est pas pour autant signe d’une endométriose digestive

·   Ça peut peser sur le moral

·   Mais des solutions existent

Alors à toi qui lis cet article assise sur la cuvette, à toi qui le parcours en contemplant ton endobelly du jour, à toi qui guette les toilettes dès le premier pas dans un restau : force et courage ! Rappelez-vous, vous n’êtes pas seule et les symptômes digestifs ne sont pas une fatalité. N’hésitez pas à en parler aux spécialistes qui vous accompagnent.

Sources :

(1) Luscombe GM, Markham R, Judio M, Grigoriu A, Fraser IS. Abdominal Bloating: An Under-recognized Endometriosis Symptom. Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada 2009;31(12):1159–71. 

(2) Maroun P, Cooper MJW, Reid GD, Keirse MJNC. Relevance of gastrointestinal symptoms in endometriosis. Australian and New Zealand Journal of Obstetrics and Gynaecology 2009;49(4):411–4.

(3) Borghese B, Santulli P, Marcellin L, Chapron C. Définition, description, formes anatomo-cliniques, pathogenèse et histoire naturelle de l’endométriose, RPC Endométriose CNGOF-HAS. Gynécologie Obstétrique Fertilité & Sénologie 2018;46(3):156–67.

(4) Svensson A, Brunkwall L, Roth B, Orho-Melander M, Ohlsson B. Associations Between Endometriosis and Gut Microbiota. Reproductive Sciences 2021;28(8):2367–77.

(5) Leonardi M, Hicks C, El‐Assaad F, El‐Omar E, Condous G. Endometriosis and the microbiome: a systematic review. BJOG: An International Journal of Obstetrics & Gynaecology 2020;127(2):239–49.

Articles similaires

Abonnez-vous

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Notre newsletter

Suivez-nous